Interpréter à tort une erreur est une erreur - Kris Vallotton

novembre 4, 2015

La plupart des gens essayent d’éviter de faire des erreurs. On nous enseigne dès le plus jeune âge que les erreurs sont inacceptables, intolérables, inutiles, néfastes, et même fatales pour notre succès et notre bien-être.

On nous enseigne dès le plus jeune âge que seules les performances parfaites sont acceptables.

Les réalisateurs de films passent des heures à couper les gaffes qui ont lieu sur le tournage. Les producteurs de musique utilisent l’auto-tune pour les voix fausses et aiguës jusqu’à ce que la prise soit parfaite.

Les éditeurs corrigent toutes les fautes de l’auteur avant que le livre ne soit vendu sur les étalages.

Nous avons même un programme d’autocorrection sur nos Smartphones !

Pour la plupart des chrétiens, les témoignages ne sont des témoignages que lorsque nous avons surmonté le « test ». Nous pensons rarement à partager en public le processus présent de gérer nos erreurs.

Les chrétiens ne sont d’habitude pas autorisés à faire des erreurs, et encore moins de les partager.

Et lorsqu’ils font des erreurs et les partagent, ils sont souvent fustigés et exclus  par la communauté chrétienne, ce qui crée la peur d’être vulnérable. Cette peur garde les gens dans une vie de secrets et de silence, une vie de honte.

Il est donc normal, sous ces conditions, de penser lorsque nous faisons des erreurs que :

« Je ne suis pas assez intelligent »

« Je ne suis pas assez talentueux »

« Je ne suis pas assez doué »

« Je ne suis pas assez bon »

« Je ne suis pas assez »

Mais quand serez-vous assez — assez bon, assez talentueux, assez doué, assez intelligent ?

Le perfectionnisme, qui est le sentiment que nous ne serons pas acceptés tant que nous ne sommes pas parfaits, nous amène à la performance pour être approuvés. Alors dans notre quête d’approbation, les erreurs ne sont pas admises.

Lorsque la performance est l’objectif, les erreurs sont vues comme des ennemis du bien-être mental.

 

C’est une erreur de penser que les erreurs sont des erreurs

La réalité est que la plupart de ceux qui réussissent le mieux dans la vie ont fait beaucoup d’erreurs avant de réussir. On pourrait même dire que la clé de la réussite c’est l’échec.

Les erreurs pavent le chemin de l’accomplissement.

Faire des erreurs est essentiel pour cultiver la créativité. Si nous ne sommes pas enclins à faire des erreurs, alors nous allons limiter le niveau de créativité nécessaire pour impacter le monde autour de nous.

La créativité est l’impulsion essentielle dans l’obtention des percées dans tellement de domaines : les inventions, les innovations, le design, les stratégies d’entreprise, les programmes d’enseignement du leadership, les expressions artistiques, les techniques de conseil, les guérisons, le prophétique et l’évangélisation.

Quelques exemples :

Henry Ford a amené 5 entreprises à la faillite avant de fonder la Ford Motor Company.

R.H. Macy a amené 7 entreprises à la faillite avant de fonder le grand magasin Macy’s.

Akio Morito a inventé un cuiseur à riz défectueux, et il a fait faillite avant de démarrer Sony.

Bill Gates a abandonné Harvard et commencé avec Paul Allen Traf-O-Data, qui a échoué. L’entreprise qu’ils ont fondée ensuite fut Microsoft.

Abraham Lincoln est parti à la guerre en tant que capitaine et il est rentré en tant que simple soldat. Après cela, il a échoué en tant que businessman, en tant qu’avocat, il a été battu aux premières élections législatives auxquelles il s’est présenté, puis la première fois qu’il s’est présenté pour être nominé au congrès, et lors des élections sénatoriales de 1854 et 1858… Tout cela avant de devenir Président des États-Unis.

Thomas Edison a échoué plus de 1000 fois en essayant d’inventer l’ampoule électrique. Durant ce processus, un journaliste a demandé à Edison : « Combien de fois allez-vous échouer à créer l’ampoule électrique ? » Thomas a répondu : « Mon fils, je n’ai pas échoué ! J’ai juste découvert une autre façon de ne pas inventer l’ampoule électrique ! »

Babe Ruth est connu pour son record de home runs[1] (714) établi il y a longtemps, mais il a aussi détenu le record de la Ligue Majeure d’éliminations par strike out (1 330), avant que Mickey Mantle ne le détrône 29 ans plus tard.

Michael Jordan a commenté son plus grand succès en tant que joueur de basket : « J’ai manqué plus de 9 000 tirs, perdu environ 300 matchs, et j’ai manqué le dernier panier gagnant d’un match 26 fois. J’ai échoué à maintes et maintes reprises durant ma carrière. C’est pour cette raison que je réussis. »

Quelqu’un a dit un jour : « Nous n’échouons pas lorsque nous tombons. Nous échouons uniquement lorsque nous ne nous relevons pas. »

L’apôtre Paul donne un conseil sage dans Philippiens 3:12-14 (NIV traduite) :

« Je n’ai certes pas encore obtenu tout ceci (la perfection), ni même atteint mon objectif, mais je persévère pour me saisir de ce pour quoi Christ Jésus m’a saisi. Frères et sœurs, je ne me considère pas comme ayant déjà réussi à l’obtenir. Mais voici une chose que je fais : Oubliant ce qui est en arrière et allant de toutes mes forces vers ce qui est en avant, je persévère dans le but de remporter le prix pour lequel Dieu m’a appelé au ciel en Christ Jésus. »

Le succès dans la vie n’est pas lié à la façon dont nous commençons, mais à comment nous terminons. De plus, nos erreurs ont une part importante dans nos parcours de vie.

Les erreurs sont des indicateurs de ce qui doit être ajusté et peaufiné pour nous préparer et nous propulser dans notre destinée.

Romains 8:28 déclare avec emphase : « Dieu fait concourir toute chose pour le bien… »

Même nos erreurs !

Je me souviens d’Abraham, Moïse, Samson, David, Salomon et Pierre, qui ont tous fait des erreurs, qui ont appris de leurs erreurs et qui ont accompli leur destinée. Dieu a même fini par racheter la faute d’Adam et Eve.

Je me demande comment se serait terminée l’histoire pour Saül, Judas, Ananias et Saphira s’ils s’étaient tournés vers la grâce puissante et miséricordieuse de Dieu alors qu’ils étaient dans l’erreur ?

Le diable nous condamne via nos erreurs, alors que Dieu nous perfectionne à travers nos erreurs.

 

Les erreurs devraient Être obligatoires

Dans notre École de Ministère Surnaturel, nous demandons aux étudiants d’échouer 3 fois avant de pouvoir obtenir leur diplôme. Si quelqu’un n’échoue pas, alors il est évident qu’il ne prend pas de risques.

Robert F. Kennedy a dit ceci : « Seuls ceux qui osent échouer considérablement peuvent accomplir de grandes choses. »

Faire des erreurs exige de prendre des risques. Prendre des risques rend les erreurs, les échecs obligatoires.

Paul a donné des instructions similaires aux leaders de l’Église de Corinthe lorsqu’il leur a conseillé de peser/évaluer/juger avec prudence chaque parole prophétique, insinuant de s’attendre à des erreurs (1 Corinthiens 14:29).

Il est intéressant de noter que Paul n’a pas conseillé d’interrompre l’usage des dons à cause des erreurs potentielles qui allaient inévitablement avoir lieu. Au lieu de cela, il espérait que tous prophétisent. (1 Corinthiens 14:1,31).

Nous devons être prêts à faire des erreurs si nous voulons atteindre la destinée que Dieu nous a donnée, pour changer le monde et faire l’histoire.

Les grands leaders des Écritures et de l’histoire n’étaient pas gênés par les erreurs : les erreurs les motivaient. Ils refusaient de laisser les erreurs faire avorter leur identité et leur destinée.

Si nous ne sommes pas capables de nous autoriser à avoir tort, nous nous limiterons alors au statu quo du sans risque.

 

Les erreurs donnent la mesure de notre vulnÉrabilitÉ

Lorsque nous avons le sentiment de ne pas être à la hauteur du standard de performance accepté, nous nous sentons indigne, dévalué et insignifiant. La honte.

La honte nous incite au secret et au silence, nous déconnectant ainsi des relations importantes qui mènent à une vie de bien-être.

La honte nous conduit ensuite à nous cacher afin que les autres ne voient pas qui nous sommes vraiment. La honte dit que si quelqu’un voit le vrai moi avec tous mes défauts et mes erreurs, alors il ne m’acceptera pas.

Donc nous nous cachons.

Cette façon de se cacher a débuté dans le Jardin d’Éden, lorsqu’Adam et Eve ont péché, nous empêchant d’entrer dans la vulnérabilité qui ne nous permet pas d’expérimenter le véritable bien-être.

Le véritable bien-être découle de notre connexion à Dieu et aux autres, qui vient de notre vulnérabilité : notre bonne volonté à permettre aux autres de voir notre vrai visage.

Ainsi donc, la vulnérabilité est nécessaire pour obtenir le bien-être.

La vulnérabilité exige le risque : celui de nous autoriser à nous et aux autres de faire des erreurs.

La religion fuit et cache les erreurs ; la relation s’y attend et les accepte.

Je suis si reconnaissant que Dieu n’ait pas caché toutes les erreurs que les gens ont faites dans la Bible. Cela me rappelle que les erreurs font partie du processus d’apprentissage, autant qu’elles nous préparent à accomplir notre destinée.

Alors, jusqu’où êtes-vous prêt à être vulnérable ?

Je veux vous encourager à essayer de faire 3 erreurs cette semaine.

Je ne parle pas de pécher volontairement ! Je parle d’oser faire quelque chose qui va favoriser votre bien-être et celui des autres.

Quelques exemples :

Prophétisez sur quelqu’un

Recevez une parole de connaissance

Imposez les mains à un malade

Partagez un témoignage de la bonté de Dieu

Peignez un tableau prophétique pour quelqu’un

Partagez au travail une stratégie de business originale

Partagez vos sentiments avec quelqu’un

Prenez un risque pragmatique qui pourrait vous amener à faire une erreur!

Qui sait, vous êtes peut-être le prochain Henry Ford, R.H. Macy, Akio Morito, Bill Gates, Abraham Lincoln, Thomas Edison, Babe Ruth, Michael Jordan, ou l’apôtre Paul.

 

J’aimerais bien savoir de quelle façon ce blog vous a propulsé dans votre destinée. Aussi, rappelez-vous : si vous avez été béni par ce blog, partagez-le avec vos amis !

 


 

[1] Home Run (parfois appelé aussi coup de circuit) est un coup au baseball qui permet au frappeur de passer par toutes les bases (ou buts) d’une seule frappe.

 

Topics: IdentitéNon classifié(e)


¡

comments